Des auteurs éditeurs en arrivent à payer pour figurer parmi les meilleures ventes

...
Dans l'espoir d'être vu... Analyse

Payer pour figurer parmi les meilleures ventes ?

Kader Terns m’a raconté la manière dont il s’est catapulté en tête des ventes, via les achats de sa cité. Je reprends son témoignage dans « le roman de la révolution numérique. »

« - Les fausses critiques sont utiles mais la victoire s’est gagnée avec les faux achats !

Ce qui n’est pas nouveau, je me souviens de cette histoire (avouée bien plus tard par les protagonistes, sans soulever d’indignation) quand quelques disquaires servaient de référence pour le classement des ventes de vinyles dans notre pays : certains n’hésitaient pas à acheter leur poulain en nombre ! Un bon plan pour eux comme pour le disquaire ! Combien gagne Amazon grâce aux achats dont le seul but est de faire monter l’œuvre d’un ami ou parent ?

- Une dizaine de vrais potes, chargés des critiques de lecteurs, c’est nettement suffisant. Cinq clics rapides sur NON à "avez-vous trouvé ce commentaire utile ?" et il disparaît dans les profondeurs invisibles le sale message du client déçu. La moyenne des notes doit dépasser 4 sur 5 ! Toute réaction avec moins de quatre étoiles sera systématiquement marginalisée. "J’ai acheté ce livre en me basant sur les avis élogieux. Pour moi c’est un flop ! Le sujet est quelconque. Aucun style, syntaxe et grammaire à revoir..." Casse-toi, sale prof ! Tu ne vas pas me gonfler pour tes 99 centimes ! Tu as eu ta part de rêve ! Celui de découvrir Kader !

Ce genre de technique se décline désormais en "site de lecteurs" avec les auteurs éditeurs particulièrement ciblés. L’auteur intéressé est prié de rembourser aux acheteurs (plus une forte commission pour le site) les dépenses de ces critiques "bénévoles." Ces "achats remboursés" doivent permettre au livre de monter dans les classements, se faire remarquer, générer de véritables ventes... Pratique scandaleuse ? Quand dans un catalogue Carrefour ou Leclerc figure un produit "premier achat remboursé" il s’agit bien également pour la marque d’acquérir de la visibilité... Naturellement, dans ce genre de marketing, l’écrivain indépendant ne peut rivaliser avec les mastodontes, il peut juste sacrifier ses économies pour un résultat dérisoire. Mais c’est bien "la part" du rêve que sont disposés à payer de nombreux apprentis auteurs... Que les indépendants soient particulièrement visés montre bien qu’il s’agit de leur faire payer cette part de rêve. Pratique venue des États-Unis et rapidement déclinée en France... Auto-edition.com fut naturellement démarché... Ce genre de bon plan (surtout pour les gestionnaires du site mais des "petits malins" devraient ainsi obtenir quelques jours de visibilité) est naturellement à déconseiller mais devrais-je proposer une journée d’achat remboursé ? »

Depuis, il y eut sur un forum privé, celui de mon edistributeur, de passionnants échanges. Où sûrement à quelques nuances près, je me situais sur la même ligne que Jean-François Gayrard de Numeriklivres ! Tout est possible ! (avant ma précision d’échanges anciens tendus, ce point d’exclamation vous semblait déplacé)

Sous le titre « Puissant outil de promotion sur Amazon » un éditeur essayait de se faire remarquer. J’aurais l’amabilité, malgré mes copies d’écrans, de me limiter à son prénom, Aurélien. Le 31 mai 2013 à 09:59:37 (précision extrême !)

Bonjour,
Je viens de découvrir un moyen plutôt efficace de gagner de la visibilité sur Amazon :
-----dex est un outil dont le fonctionnement est le suivant :
Il faut inscrire son livre numérique sur le site, ça coute 49 € HT. Ensuite, on commande des ventes de son livre, en payant 125% du prix de vente. Par exemple, pour un livre à 0,99€, on paye 1,24€ / vente commandée.
-----dex propose ensuite le livre à une communauté de lecteurs à qui elle rembourse l’achat.
J’ai propulsé deux de mes livres avec ce système, le premier (---) a été 3 du Top 100 Ebook Amazon / kindle avec 80 ventes, et le second (---) 10e avec 35 ventes. (ce qui permet aussi de découvrir un peu le marché.)
Voilà, c’est juste un outil marketing, après, il n’y a pas de miracle, j’ai pu voir le chemin parcouru par les livres qui ont utilisé cet outil, certains ont réalisé un joli parcours (--- est toujours dans les 30 premières places depuis plus de 50 jours), d’autres sont repartis très vite dans les profondeurs obscurs, ce sont les lecteurs qui décident…
Pour être parfaitement transparent, je participe à un programme d’affiliation, alors si jamais vous avez envie de tenter l’expérience, c’est sympa pour moi si vous passez par ce lien au moment de l’enregistrement de votre livre :...

Jean-François Gayrard, des Éditions Numeriklivres réagissait le 31 mai 2013 à 11:04:26
« Vous devriez trouver plutôt un moyen de rendre votre catalogue intéressant auprès des lecteurs plutôt que de venir faire l’apologie d’Amazon.
Inadmissible que vous osiez venir sur ce forum pour parler de -----dex. Cet outil de promotion est une belle fumisterie ! Si vous en êtes rendus à acheter vos propres titres pour gagner en visibilité, vous en êtes rendus bien bas. Et si j’étais vous, je changerai de métier immédiatement : allez vendre des poireaux sur les marchés, ce sera mieux pour tout le monde.
Est-il possible que les modérateurs de ce forum suppriment tout simplement ce message ? Et que l’on arrête de faire de la publicité pour ce truc ? »

Aurélien le 31 mai 2013 11:48:27
« Bonjour monsieur,
Il me semble que vous dépassez les limites de la courtoisie. Ne soyez pas insultant. Je ne sais pas quels sont vos moyens professionnels pour faire la promotion de vos livres, mais celui que je suggère est économique et efficace. S’il ne vous convient pas, contentez-vous de ne pas l’utiliser ! Je suis très certainement bien plus petit que vous, mais je ne crois pas que cela vous autorise à tenir de tels propos à mon égard. En quoi le fait d’investir pour faire connaître son travail par ce moyen serait-il moins pro que de se payer des affiches dans le métro? Vous qui vous targuez de bien connaître le marché de l’édition numérique, je pense que vous faites erreur si vous négligez ce levier de promotion ! »

Le débat s’envenimait. Ce n’est pas l’espace pour le suivre... j’intervenais finalement...

« Bonjour,
J’ai été sollicité par ce genre de site. La personne souhaitait même que j’en fasse la promo car elle visait ouvertement les auteurs en auto-édition (sollicité via http://www.auto-edition.com).

Cette offre m’a scandalisé. Car il s’agit bien de se faire de l’argent sur les personnes en recherche de promotion. J’ai "intégré" ce principe (pas nouveau donc) dans le roman "un amour béton" (http://www.romancier.org/roman2013.html) car si un éditeur souhaite rembourser des lectrices et lecteurs, il n’a pas à passer par ce genre de site... un roman qui explique la manière dont Kader Terns est devenu meilleure vente d’Amazon Kindle...
C’est peut-être la première fois (je souris bien sûr) mais je suis d’accord avec Jean-François Gayrard, des Éditions Numeriklivres !
Bonne journée avant la suppression... Élisa, je pense qu’il faudrait peut-être mettre en garde contre ce système même si certains pensent peut-être pouvoir se faire de l’argent via l’affiliation... »

Aurélien me répondait à 14:19:00

« Bonjour Stéphane,
Je trouve votre réponse intéressante parce que j’ai eu la même réaction que vous lorsque j’ai été sollicité: "encore un moyen de piquer trois sous à de pauvres auteurs en mal de reconnaissance en leur faisant croire que le succès leur tend les mains".
La curiosité l’a emportée, j’ai essayé modestement, et je me retrouve au final avec un nombre de ventes naturelles légèrement supérieur au nombre de ventes commandées, et quelques commentaires plutôt agréables sur Amazon. Voila, je n’ai pas spécialement gagné d’argent, je suis à peu près rentré dans mes frais, je trouvais l’expérience sympa, alors j’ai eu la (mauvaise) idée de la partager sur ce forum.
Pareil pour l’affiliation, j’ai pensé que si certains parmi vous étaient intéressés, ça ne leur coutait rien que j’en profite, j’ai préféré le dire honnêtement, et si personne n’en veut, tant pis... je ne mise pas sur ça pour faire du chiffre, je n’en attends rien et je ne pense pas qu’il soit utile de "mettre les gens en garde".
Désolé pour la gêne et l’énervement suscités, ce n’était pas mon intention. »

Un autre Stéphane intervenait à 14:33:45 « Ne supprimez rien. Ces échanges, pour autant qu’ils restent courtois, sont très intéressants. L’édition numérique est un marché en devenir. Ça bouillonne, ça cherche, ça expérimente. Et tout cela n’a pourtant rien de nouveau dans le principe : Gallimard a été insulté pour avoir fait de l’argent en période de vaches maigres avec des revues bas de gamme ("Détectives"), Grasset (entre autres) imprimait de la publicité pour des voitures et des cigarettes en page IV de ses romans dans les années 30. Tous les éditeurs de littérature générale donnent des dizaines d’exemplaires à leurs relais d’opinion (presse, libraires...). Ca leur permet d’exister... de recevoir des manuscrits et de publier d’autres livres. Et au final seuls les bons éditeurs et les bons livres demeurent, les autres... pfuiiit, disparus.»

Je précisais « Aurelien,

Vous n’avez rien gagné... mais le site en question y gagne à tous les coups, et si en espoir de gagner un peu avec l’affiliation, vous faites sa promo, il augmente ses bénéfices... et un jour les lectrices et lecteurs qui achètent via ce site pour être remboursés, seront repérés par Amazon qui supprimera leurs commentaires mais peu importe, le site aura fait son bénéfice...

Todd Rutherford, s’octroyait jusqu’à 28 000 dollars de salaire avec un système similaire... Lui vendait des packs de 20 ou 50 bonnes critiques... Accepter d’enrichir ce genre de site, pour un éditeur, ne me semble pas préférable (pour m’exprimer en stoïcien)

Bon courage,
Stéphane »

Jean-François Gayrard à 15:22:09 « Je vais rester courtois même si je boue à la lecture de vos commentaires et effectivement pour une fois je suis entièrement d’accord avec Stéphane Ternoise. C’est tout de même incroyable de tomber dans un piège aussi gros que le nez au milieu de la figure ! Il faut être naïf ou manquer d’une grande lucidité pour s’embarquer dans ce genre de "marketing" de bas étage. Pour votre info, Amazon US a déjà engagé des actions pour faire la chasse à ce genre de marketing et Amazon FR ne tardera pas.

Quand on manque d’imagination pour faire la promotion de son catalogue, et bien voilà, on choisit les pires solutions de facilités comme -----dex. Ce sont des solutions de courts termes mais ce ne sont pas de solutions qui inscrivent l’image d’une maison d’édition qu’elle soit numérique ou papier dans le respect et la durée.

En tout cas, même si le numérique implique de nouvelles façons de faire pour propulser un catalogue, ce n’est certainement pas de cette façon qu’un jour l’édition numérique ou encore les éditeurs "pure-players" gagneront en crédibilité. C’est pathétique. »

Aurélien à 15:39:41 « Stéphane,
Vous avez peut-être raison, on verra, mais je ne pense pas qu’Amazon fera ce que vous dites, d’une part parce que -----dex n’incite pas à commenter les livres achetés (ce n’est pas du tout la même chose que de la vente de pack de commentaires), et d’autre part, parce qu’Amazon fait partie de l’équipe gagnante de ce système. Mais au pire, si Amazon retire les commentaires, ou même carrément mes livres, j’essayerai de trouver des lecteurs autrement. Et je vous signalerai l’arnaque sur ce même forum en toute honnêteté.
Je n’ai rien gagné, mais je n’ai rien perdu, donc je n’ai pas l’impression de m’être fait avoir. Et puis, je n’ai pas "rien gagné" parce que des gens ont lu mes histoires, certains les ont même appréciées, et ça a suffi à mon plaisir.
M. Gayrard a raison, je ne suis pas une grosse maison d’édition comme Numériklivres, je publie quelques nouvelles de quelques auteurs qui ne misent pas sur mes talents d’éditeur pour payer leurs factures. Ca fait de nous des petits, oui, des amateurs, peut-être, mais on s’en fiche. Est-ce que ça nous retire le droit de publier nos histoires? Je ne crois pas... »

Le reste n’apporte rien à l’observation de ce système "promotionnel."


Une entrée du livre "Auto-édition, j’écris ton nom", de Stéphane Ternoise



Ajouter un écrit cohérent



Voir sujet précédent du forum

Etre écrivain : les romans en vidéo
Etre écrivain : les pièces de théâtre
Vous abonner à la chaîne info ecrivain.biz :